Médias+

Sondage

Que pensez-vous des recommandations de l'Examen Périodique Universel adressées aux Emirats Arabes Unies ?

Recommandations intéressantes
0%
Je m'attendais à mieux
0%
Je n'ai pas eu connaissance de ces recommandations
0%
Total votes: 0
The voting for this poll has ended on: août 2, 2018

Arrest

 Des agents de sécurité d'Al-Qusais ont arrêté mardi 22 avril, Bader Hussain Al-Bahri et Abdulla Al-helo à Dubaï et les ont transférés à Abou Dhabi pour des raisons inconnues.

De sources concordantes, nous avons appris que lors d'un contrôle au poste de police, des agents de sécurité ont procédé à l’arrestation de Bader Hussain Al-Bahri et l'ont accompagné à son domicile où ils ont fouillé sa maison et terrifié ses enfants. Ils ont mis les garçons et les filles dans des chambres séparées et les ont surveillés par les agents de sécurité. Pendant cette perquisition, le passeport de Bader a été confisqué et sa famille a été informée qu’il était poursuivi par les services de la sûreté de l'État sans en expliquer les motifs.

Il sied de noter que Bader Hussain Al-Bahri est le cousin de Son Excellence Mohammed ben Abdullah Al Gergawi, le Ministre des affaires du cabinet des Ministres aux Émirats Arabes Unis. Il est le Directeur de la réhabilitation psychosociale à l'autorité de développement communautaire. Il a par ailleurs, participé à la délégation qui a représenté les EAU au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en 2012.

Le soir du 22 avril, vers 23heures, des témoins oculaires ont vu la voiture d’Abdulla Al-Helo garée devant le poste de police d’Al-Qusais et les mêmes agents de la sûreté de l’État, qui ont arrêté Al-Bahri, étaient en train de la fouiller. Al-Helo est actif sur le réseau social Twitter. Selon nos sources, les circonstances de son arrestation sont semblables à celles d’Al-Bahri.

Rappelons que depuis 2011, le nombre d’arrestations de militants, de défenseurs des droits de l’homme ou de simples citoyens, ne cesse d’augmenter aux Émirats. L’opposition au régime et l’expression d’une opinion sur la situation politique du Pays sur des réseaux sociaux ou publiquement fait l’objet d’arrestation voire de torture et de procès inéquitables.

D’après les dernières informations, Osama Al-Najjar, arrêté le 14 mars dernier dans l’Émirat d’Ajman, se trouve actuellement dans une clinique à la prison d’Al wathba située à Abou Dhabi, à cause de la torture qu’il a subie. Le médecin qui l’a examiné a constaté des traces de torture au niveau des pieds à cause des coups qu’il a reçus avec un objet en fer. Il lui a également dit que sa langue était gercée. Osama a déclaré que le médecin avait peur de mentionner ces observations dans le rapport médical. De ce fait, il contestait ce rapport établi par la clinique de la prison vu qu’il dépendait du Ministère de l’intérieur qui maltraitait les opposants politiques et les privait de leurs droits les plus élémentaires une fois incarcérés. Selon nos sources, ce rapport pourrait être utilisé pour servir l’image du Gouvernement accusé de torture et de mauvais traitements envers ses opposants. En supprimant toutes les informations sur les séquelles et en ne parlant que des soins médicaux apportés, le Ministère de l’intérieur semble vouloir démentir toutes ces accusations.

Osama Al-Najjar est le fils du prisonnier politique, Hussain Ali Alnajjar al Hamadi, jugé lors du procès des « 94 Émiriens » en 2013. Osama a été arrêté en raison de ses activités sur Twitter évoquant les conditions d’incarcération de son père à la prison d’Al Razeen.

Ces dernières arrestations montrent la volonté du gouvernement Emirien à poursuivre sa politique oppressive à l’égard de toutes les voix qui s’élèvent pour exiger des réformes du système politique et de la gouvernance.

Le Centre International pour la Justice et les Droits de l’Homme (CIJDH) condamne cette vague d’arrestations arbitraires et appelle les autorités des Émirats Arabes Unis à :

  1. Libérer immédiatement Bader Hussain Al-Bahri, Abdulla Alhelo, Ossama Al-Najjar et tous les prisonniers politiques et de conscience
  2. Respecter les délais de détention préventive et informer les familles des lieux de détention de leurs proches
  3. Ratifier le Pacte international relatif aux droits civils et politiques ainsi que la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées

Pour plus d’informations contacter le CIJDH au 078 835 60 77 ou

Par email. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Centre international pour la justice et les droits de l’homme (CIJDH)

Action urgente

Deux nouvelles arrestations aux Emirats Arabes Unis

Genève, le 25.04.2014